Accueil

Historique

Agenda

Les artistes

Album concerts

Contact

Interviews

Liens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Henry Ganty

Henry GANTY pratique la flûte à bec depuis l'enfance, au départ avec Lucien Dacremont. Avec Frans Brüggen à Amsterdam et Maurice van Lieshout à La Haye, il a approfondi l'étude de cet instrument. Devenu virtuose, il est souvent appelé en Belgique et à l'étranger pour des récitals, des concerts, des jurys d'examens et pour sa compétence dans l'interprétation de la musique du 17ème et 18ème S. Sa précieuse collection de flûtes, avec des exemplaires originaux du début du 18ème S., lui permet de jouer chaque oeuvre avec la flûte appropriée. Ambassadeur de la flûte à bec, Henry GANTY a réalisé plusieurs disques. Mentionnons celui avec des monodies du Moyen Age à nos jours et un autre consacré à la musique italienne du 18ème S.

Il nous a quitté le 15 avril 2016, et voici ce que Christine Bolinne écrivait dans "Cathobel" à l'accasion de son décès.

(Diocèse de Namur/Christine Bolinne.Pour Cathobel)

Tout pour la musique
La musique qui occupait une place très importante dans sa vie. Il était flûtiste. Frans Brüggen, un flûtiste et chez d’orchestre, grand spécialiste de la musique du 18eme siècle, aimait dire à l’abbé Ganty: ‘‘Vous jouez comme un Dieu mais trop vite. »
L’abbé Ganty a donné des concerts partout dans le diocèse mais aussi bien au-delà de nos frontières. Chaque année, durant l’été, il partait en Italie. Philippe Mottequin:  »Il aimait la côte Amalfitaine et tout particulièrement Capri. Sur place, il se produisait en concerts accompagnant des violoncellistes, des organistes… » Et c’est par la musique qu’il est arrivé à l’informatique. Philippe Mottequin a eu bien souvent l’occasion de vérifier que le vicaire épiscopal pour lequel il travaillait n’était pas très intéressé par internet. Jusqu’au jour où il lui a expliqué qu’en faisant une recherche via Google il avait trouvé des informations le concernant, des critiques -élogieuses- de ses concerts… L’abbé Ganty sans devenir un as de la Toile s’est lancé dans l’aventure et avait même son site. Avec un volet pour son travail de vicaire épiscopal en charge de l’enseignement et un autre pour la musique. Deux volets pour résumer un homme.
L’abbé Ganty aura aussi été un musicien de talent qui a, à son actif, de nombreux enregistrements dont le dernier en date avec l’organiste José Dorval. Sa prédilection allait à la musique baroque. Il jouait les compositeurs du 17eme, par exemple. Il était aussiconstamment à la recherche de partitions de cette époque. Compositeurs qu’il aimait faire connaître et apprécier. Lors de conférences, il décortiquait alors une oeuvre pour son plaisir mais aussi pour celui de son audioire. L’abbé Ganty était encore un collectionneur… de flûtes et considéré comme une sommité pour ses connaissances dans cet instrument.
Dans ses homélies comme lors de ses nombreuses prises de parole, il y avait toujours une place pour la musique. Philippe Mottequin;  »Il parlait avec beaucoup d’aisance. Il avait juste écrit quelques mots de son écriture minuscule sur un papier de la taille d’un ticket de bus. » Et Philippe Englebert d’ajouter:  »Il savait édifier les petites choses de la vie pour la gloire de Dieu. »